Obama le bon, Trump la brute et Van der Bellen le vertueux

 

par Didier Levreau

 

 » Je n’attendais rien de l’élection de Barack Obama, il n’était pas réaliste de penser qu’il allait tout changer. J’espérais seulement qu’il termine son mandat sans être assassiné. » Ces propos sont de Paulette Richards, jeune universitaire Afro-américaine invitée la semaine dernière d’une conférence organisée par la Ligue des droits de l’homme, Guadeloupe. Pour le 68eme anniversaire de la déclaration universelle, elle a parlé de la violence policière aux USA et des Afro-américains, malmenés à l’issue des deux mandats d’Obama.

 

Les Etats-Unis d’Amérique se sont construits dans la violence, comme se sont construits la plupart des pays sur la planète, les guerres et les batailles, les massacres, les révolutions aussi – dont nous avons appris les dates à l’école – ont façonné cette histoire. Aux USA, première puissance économique et militaire qu’on connait, bénéficiant par ailleurs du label de « grande démocratie et de pays des droits de l’homme », s’est ajoutée à la violence guerrière et sociale, la violence raciale.
Dans son discours de Philadelphie en 2008, Barack Obama rappelait qu’en 1787 les pères fondateurs – à l’origine d’une Constitution proclamant un idéal d’égalité et de justice de tous les citoyens devant la loi – ont laissé de côté la question de l’esclavage. Terrible impasse. Obama désigne ce jour là le  » péché originel » de son pays : le commerce des esclaves s’est poursuivi plusieurs décennies après cette déclaration de liberté et de justice. L’abolition tardive , en 1867, comme on aurait pu le croire, ne mettra pas un terme au » péché » puisque la ségrégation raciale, l’exclusion des Noirs du droit commun dans la société américaine, demeurera jusqu’aux années 1960.
Empreint de religiosité, Barack Obama croit à la rédemption. Son pays a péché, mais, croit-il, peut retrouver le chemin du « salut », sans occulter le passé :  » Le passé ségrégationniste a creusé un fossé entre les Blancs et les Noirs dans la société américaine, la question de la race a façonné une certaine vision du monde, aussi bien chez les Noirs que chez les Blancs, déclarait Obama en 2008, à la veille de son investiture. Affirmant :  » cette impasse raciale ne conduit nulle part. » En 2008, il abordait cette réalité, comme peut-être lui seul, enfant métis, d’un père noir – dont les ancêtres n’ont pas connu l’esclavage – et d’une mère blanche pouvait le faire.
 » Puisque dans notre pays, nous avons le choix, disait-il aux électeurs américains  » nous pouvons accepter de nourrir la division, le conflit, le cynisme (…) Alors rien ne changera, ou bien nous pouvons nous unir pour dire  » Pas cette fois ». »
Le « pas cette fois » d’Obama consistait à rejeter le cynisme et la peur – à la base de l’argumentation de son successeur, Donald Trump – et parler des files d’attente aux urgences des hôpitaux américains, composées de Blancs, de Noirs et d’Hispaniques sans assurance maladie . « Cette fois, » ajoutait-il,  » nous voulons parler des hommes et des femmes de toutes les couleurs et de toutes les croyances qui servent ensemble … » Discours eocuménique pour lequel une majorité d’Américains a voté en 2008.

Flags of USA and Republic of Cuba blowing in the wind. Part of a series.
Flags of USA and Republic of Cuba blowing in the wind. Part of a series.
Le  » trumpisme » sorti de sa tanière, y retournera-t-il ?

Huit ans plus tard, tout a changé, deux mandats présidentiels n’ont pas suffit pour que l’Amérique élimine ses démons, le « péché » est pesant et les réflexes raciaux plus profonds qu’il ne semblait. L’élection d’Obama en aurait même réveillé certains parmi la population blanche appauvrie par la crise économique et menacée de  » déclassement ».
En 2016 le successeur d’Obama a gagné les élections avec une argumentation et une vision du monde radicalement opposées. Le clivage racial est assumé et les dérapages multiples: à propos d’un juge né aux USA, Trump a déclaré qu’ inévitablement il serait impartial à cause de ses origines mexicaines. Le nouveau président a contribué à la diffusion de fausses statistiques disant qu’ aux Etats-Unis, 81% des victimes blanches de meurtres étaient tuées par des Noirs. Confronté à la réalité des chiffres, Trump s’est défendu en disant qu’il  » lui était impossible de vérifier toutes les statistiques. » Le chiffre repris son compte twitter émanait d’un site de suprémacistes blancs.
Que s’est-il passé au cours de ces huit années pour que les électeurs opèrent ainsi un virage à 180° ? Trump a surfé sur une vague, en usant de violence verbale, de mensonges assumés et de démagogie , mais d’où vient la vague ?
Au mieux Trump est le résultat des derniers soubresauts des préjugés raciaux de la vieille Amérique, un mélange hétéroclite et imprévisible de peurs et de préjugés, de vieilles violences enfouillies réminiscences de la domination des uns et de la soumission trop longtemps forcées des autres. Dans le meilleur des cas ce sera éphémère. Un mandat pas plus.
Mais le  » Trumpisme » une fois sorti de sa tanière peut aussi s’installer dans le paysage politique des USA et se banaliser . Si Trump et ses amis réussissaient à instaurer sans complexe une autre manière de faire de la politique en manipulant le réel comme ils l’ont déjà fait durant la campagne : un milliardaire qui recrute un magnat du pétrole et des banquiers tout en se présentant comme le défenseur des  » oubliés » et contre le « système » , n’est-ce pas la manipulation des esprits élevées au rang de grand art.

Faire émerger de nouvelles formes d’engagement civique

La seule réponse à cela, aux Etat-Unis comme en Europe dont les pays sont aussi sous la pression d’un populisme malsain, est de voir naïtre de nouvelles formes d’engagements civiques. Un petit pays de moins de dix millions d’habitants a donné l’exemple au mois de novembre 2016 lors de ses propres élections présidentielles.
L’Autriche qu’on disait prête à basculer vers la droite extrême dans la foulée du Brexit et de l’élection de Trump aux USA s’est reprise au dernier moment : le vieux sage l’a emporté sur le jeune extrémiste. Des Autrichiens jusqu’alors peu ou pas engagés en politique se sont mobilisés, le nombre des bénévoles qui ont aidé M Van der Bellen dans sa campagne a grossi, des débats ont eu lieu, bref, un mouvement s’est créé autour d’un homme qui paraissait crédible face à un adversaire péremptoire et beaucoup plus riche.
Van der Bellen était le bon candidat. Il a mené une campagne intelligente et innovante sans passer forcément par les réseaux classiques, trouvant des appuis partout dans la population en argumentant à la fois sur  » l’amour du pays » et sur l’ouverture aux autres et la tolérance. Et il a gagné, démontrant et assumant que l’attachement à une terre ou un pays n’induit pas forcément l’exclusion de l’autre, du déraciné, qui pour de multiples et souvent douloureuses raisons, a dû quitter sa terre.

Aux USA, l’adversaire de Trump, Hillary Clinton n’était pas le bon candidat, trop coincée, trop usée par le pouvoir et ses accointances. Parions qu’Obama à sa place l’aurait emporté. Mais faire de la politique fiction ne sert à rien quand l’élection est perdue, on peut tout au plus rêver comme l’a fait Paulette Richards, l’invitée de la Ligue des Droits de l’homme en Guadeloupe : « Obama n’a pas pu faire tout ce qu’il voulait, un président des Etats-Unis est comme dans une boîte avec des contraintes surtout lorsqu’il n’a pas la majorité au congrès. Mais il peut revenir après, en 2020, c’est possible, c’est arrivé une fois dans l’histoire du pays. » A suivre …

NDLR

(1) Alexander Van der Bellen est le nouveau président autrichien, élu au mois de novembre 2016. Il a dirigé le parti des Verts autrichien pendant onze ans. Il a été élu avec 53,8% des voix battant le candidat de l’extrême droite, nationaliste, issu d’un parti le FPö qui a un temps frayé avec les mouvements néo nazis autrichien avant de polir son discours.
M Van der Bellen, professeur d’université est issu d’une famille hollandaise qui a émigré en Russie, puis s’est réfugiée en Estonie pour fuir le stalinisme. Ses parents se sont ensuite installés en Autriche. Né en 1944 à Vienne, M Van der Bellen a acquis la nationalité autrichienne en 1958.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *