Rubriques : - Idées - - Lectures - - Arts et culture - - Caraïbe - - Débats - - Mots créoles - - Décodage - - Edito - - Portraits -

Regards
Haïti
présidentielles
acte II
La campagne pour les élections présidentielles à Haïti a été (re) lancée officiellement cette semaine. Elle s'achèvera le 7 octobre pour un scrutin le 9. Haïti rejoue une deuxième fois le processus électoral qui a échoué l'année dernière. Les bulletins de vote sont en cours d'impression ( comme l'année dernière) à Dubaï, là-bas au Moyen-Orient, à 15 000 kilomètres de la Caraïbe. Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué !
Lire la suite
Haïti
présidentielles
acte II

La presse Haïtienne annonce cette semaine que les cinq candidats les plus crédibles sur les vingt-sept qui se (re)lancent dans la course ont entamé leur campagne. On prend ( presque) les mêmes et on recommence. Les élections de 2015 avaient bien désigné deux candidiats restant pour le second tour, mais les soupçons de fraudes et les troubles sociaux ont stoppé le processus électoral. Que va-t-il sortir du vote cette fois ? A l'optimise modéré de 2015 succéde un optimisme ... relatif en 2016. Comment Haïti peut sortir de cet état de crise permanent fondé sur la fragilité pour ne pas dire l'inexistence de ses institutionhs, perpétuellement confrontées à l'absence de consensus et de confiance qui caractérise la société haïtienne. L'intérêt général semble perpétuellement détourné par quelques intérêts particuliers qui se déchirent sur fond de corruption.
Le peuple haïtien mérite pourtant mieux.
Plusieurs rapports sur la corruption et les malversations dans le pays circulent en cette rentrée prélectorale, l'un notamment de la commision " Ethique et anti-corruption" du Sénat haïtien. Ces rapports désignent entre les lignes les actes de malversation et les cas de corruption notamment dans la gestion des Fonds Petrocaraibe. Beaucoup d'argent circule à Haïti grâce à ces fonds et à ,l'aide internationale, mais il n'y a pas de redistribution au pays, la plupart des sommes sont confisquées et disparaissent dans des circuits inavouables. Ces rapports accusent mais les Institutions sont trop impliquées pour désigner nommément des coupables. Aux rapports suivent des contre-rapports, des demandes d'approfondissement et rien ne bouge.

Dans un édito du Nouvelliste, le quotidien de Port-au-Prince, Franzt Duval évoque cette "conviviale sitirans" ( conviviable indulgence) pour expliquer le fait que les coupables sont rarement punis, " trop d'arrière-pensées font le lit de l'impunité" écrit-il.. Et l'éditorialiste cite deux proverbes en créole:
- Ekenn sourit pa vle bouché twou kote li we rat pasé. Yon jou la bezwen i tou"
- Chak moun gen yon grenn zanno kay ofèv.

Ce qui traduit en français donne à ,peu près ceci:
- La souris ne veut pas boucher le trou par lequel elle voit le rat passer, en pensant qu'un jour elle en aura besoin.
- Chacun d'entre eux détient un grain de l'anneau qu'a fait l'orfèvre
J.O : révélatrice
ignorance
Quand un journaliste sexagénaire, théoriquement cultivé et chevronné dit lors de l'ouverture des jeux olympiques de Rio que " dans ce pays ( le Brésil) le trafic d'esclaves a été nécessaire pour le développement industriel" on peut voir là le signe - un de plus- d'une parole à la fois décomplexée et ignorante.
Lire la suite
J.O : révélatrice
ignorance

Car au fond Daniel Bilalian en faisant ce commentaire exprime une évidence qu'on finit par oublier : " la raison d'être de la mise en esclavage de millions d'Etres humains pendant des siècles - et aujourd'hui encore - est l'immense besoin de main d'oeuvre " pas cher" des plantations de sucre et de cotons entre le 16em et le 19em siècle. Disons qu'au XXIem c'est la construction de stades au Qatar pour une improbable coupe du monde dans le désert que cette main d'oeuvre est nécessaire.
Au Bresil l'esclavage a été au service d'un projet industriel qui a enrichi considérablement ceux qui détenaient le pouvoir économique quand le pays était colonie portuguaise. Bilalian n'a pas tout faux. Sauf que le dire ainsi, sans le recul et la distance nécessaires a été, à juste titre, perçu comme une sorte de mépris mémoriel.
"Ignorance et ethnocentrisme" a dénoncé le CRAN ( comité représentatif des associations noires) .
" Appel au changement des mentalités dans le sens d'une meilleure connaissance du passé et du respect de l'autre dans sa différence ... " de l'association Tous Créoles.
Du coup la direction de France Télévision a reçu les associations pour s'excuser et désamorcer les plaintes.

D'autant plus que la " maladresse et l'ignorance" du journaliste ne s'en sont pas tenues là. Il a dit également que le Brésil a " utilisé les services d'esclaves qui venaient de l'ensemble du continent africain ..." Assimiler le " travail forcé au temps de l'esclavage" à un service est un terrible euphémisme. Les mots ont un sens et éviter les mots est une manière de déni.
Le commentateur enfin a situé la fin de l'esclavage au Brésil à la fin du 18em siècle. Il s'est trompé d'un siècle ... livrant ainsi au néant les millions d'esclaves maintenus dans les chaînes jusqu'à la fin du 19em siècle. Le Brésil a été le dernier pays à abolir l'esclavage quelques décennies après la Grande-Bretagne et la France dans leurs colonies.
Les " erreurs" commises par ce commentateur sportif sont de sa responsabilité mais ont aussi pour source une histoire mal assumée, encore mal enseignée, qui fait des rois et des empereurs qui ont protégé, organisé et parfois rétabli le système esclavagiste, des héros alors que les cohortes d'esclaves livrés au fil des siècles à l'injustice et à la mort sont des ombres anonymes. D.L
Chiasme, (1)
terrorisme
et vivre ensemble
Le collectif des Etats généraux de l'Outre-mer et la fédération Total respect ont publié un texte à propos de la vague de terrorisme qui frappe la France. Opposés au fanatisme et aux meurtres ces organisations tout en soutenant le pouvoir qui s'y oppose, n'en appellent pas moins à tenir compte du contexte historique, politique et social dans lequel ils se produisent pour refonder un véritable " vivre ensemble".
Lire la suite
Chiasme, (1)
terrorisme
et vivre ensemble

Extraits du texte du Cegom et de Total Respect :
" Alors que la France est sous le coup d'attentats meurtriers nos collectifs signent la déclaration suivante :

" ( ...) Le fanatisme a tué des centaines de personnes (...) nous condamnons ces actes et nous inclinons devant la mémoire des victimes en réaffirmant notre attachement aux droits humains et aux libertés fondamentale, mises en cause, véritable biens communs de l'humanité.
" Simultanément la France est engagée dans une guerre incertaine, alors qu'elles n'a pas tirées les conséquences morales de guerres coloniales infligées aux nations arabo-musulmanes dont plusieurs descendants sont Français. Ce chiasme favorise la manipulation de quelques esprits fragiles."

"En soutenant le président de la République François Hollande dans sa lutte contre le terrorisme, nous lui demandons de résoudre un tel contexte par un dialogue national qui inclue chaque Français, nous appelons à refonder le vivre-ensemble par la pédagogie et la lutte contre les inégalités."
NDRL
(1) Un chiasme est une figure de style qui consiste en un croisement d'éléments en apparence contraire dans une même phase. Mais le mot issu du grec kiasmos ( disposition en croix, croisement, " quatre chemins, dirait-on en créole) peut aussi signifier l'union de deux réalités, antithèse, dans une même phase. L'atomisation du terrorisme serait l'expression d'un " chiasme" quand des jeunes gens, tout juste bacheliers parfois, se retournent à la fois contre eux-même par le suicide organisé, contre des victimes innocentes et contre le pays dans lequel ils ont grandi.
Bush, Blair,
Cameron,
d'une guerre
au Brexit ...
Tenter de comprendre est certes insuffisant, face aux drames qui se nouent en cette année 2016, mais ça aide. De la guerre en Irak en 2003, au Brexit, au fond, il n'y a qu'un pas.
Lire la suite
Bush, Blair,
Cameron,
d'une guerre
au Brexit ...

La lecture du rapport Chilcot publié au Royaume-Uni au mois de juin 2016 dans lequel sont dénoncées les mauvaises raisons pour lesquelles les Britanniques ont suivi aveuglément les USA dans l'invasion de l'Irak en 2003, ainsi que les lacunes et les catastrophiques erreurs d'analyse qui ont suivi, donnent un éclairage sur les drames qui se jouent et se nouent en 2016 dans le monde.
L'invasion de l'Irak organisée autour d'un mensonge d'Etat fut une catastrophe stratégique, humaine, politique et économique. Ceux qui l'ont voulu et mené devraient rendre des comptes à la communauté internationale au même titre que des criminels de guerre de moindre envergure sont jugés et condamnés par la justice internationale.
Les USA et leurs alliés ont écrasé l'armée de Saddam Hussein en quelques semaines sans avoir réellement prévu la suite du scénario. Ils ont pensé pouvoir jouer avec les peuples, les courants religieux, les minorités, mais ont échoué. Au XXIem siècle les guerres de conquête ne marche pas " comme avant".
Ils ont tenté de jouer la carte chiite en Irak contre la majorité sunnite mais se sont pris les pieds dans le tapis et ont contribué à la destruction de l'Etat irakien et de son armée dont certains cadres sont à l'origine de la création de ce monstre politico-religieux : l'EI.
En échec en Irak, les USA et leurs alliés saoudiens dans la région se sont penchés sur le cas de la Syrie qu'ils ont, après l'Irak, entièrement déstabilisé : plus de 400 000 morts et des millions de réfugiés sur les routes au Moyen-orient, en Europe, sur la Méditerranée. La Lybie a connu le même sort avec un appui particulier de la France et de son président de l'époque Sarkosy. L'arsenal de l'armée lybienne a servi en grande partie à armer les groupes islamistes du Mali, qu'il faudrait maintenant aller combattre.
Pour en arriver à cette conclusion - provisoire puisque l'histoire n'est pas finie : l'afflux massif de réfugiés aux portes de la Grande-Bretagne a joué un rôle décisif chez les partisans frileux du Brexit, qui pensent se protéger d'une immigratiion non voulue. Cet afflux est une conséquence de la guerre en Irak à laquelle les Britanniques ont participé. Pas de guerres, pas de réfugiés et pas de crise en Europe. Les Britanniques ne sont pas aussi " fins qu'on peut l'imaginer, pragmatiques sans doute, mais avec de " gros sabots". Cela devrait faire réfléchir les électeurs du Royaume-Uni, les Irlandais, les Ecossais et les autres Européens et nous rappeler qu'il était possible de dire " non". C'est ce qu'a fait à l'époque le gouvernement Chirac et son premier ministre Villepin. Depuis, le temps des va-t-en guerre à l'Elysée est revenu. D.L
Barroso
Lobbying
and Cie
Non Barroso qui fut président de la commission européenne jusqu'en 2014, après avoir été premier ministre du Portugal de 2002 et 2004 n'a pas acheté un bar ( photo ci-dessus) en attendant l'âge de la retraite ... qu'il pourrait prendre d'ailleurs. Il a trouvé mieux : un emploi de conseiller chez Goldman Sachs. Pas mal non.
Lire la suite
Barroso
Lobbying
and Cie

Un certain nombre de média et d'hommes et femmes politiques font état de leur indignation pour ce nouveau exemple de pantouflage et de collusion entre ceux qui devraient servir l'intérêt général et qui se mettent au service d'intérêts particuliers sonnant et trébuchant. D'autant que Goldman Sachs aime bien l'Europe puisque c'est cette banque qui a aidé la Gréce a falsifier ses comptes pour les rendre présentables jusqu'a ce que la dette du pays explose au grand jour avec les conséquences que l'on sait.
La banque américaine n'est pas non plus étrangère à la crise des subprime de 2008 qui a coûté très cher aux Etats et ruiné des millierss de petits épargnants aux USA.
Bref Barroso après avoir dirigé le Portugal et occupé un porte au plus haut niveau des instances européenne va faire profiter la banque de ses connaissances.
On s'en offusque, mais ce n'est pas une première. Mario Draghi, en sens inverse qui est depuis 2011 président de la BCE, la banque européenne, principale institution monétaire de la communauté et indépendante des pouvoirs politiques, est passé chez Goldmam Sachs comme vice-président pour l'Europe, cela de 2002 à 2005.
L'Europe, l'Europe ... une belle idée, un beau projet malheureusement aux mains d'institutions qui en ont fait un marché peuplé de consommateurs et le projet a perdu son âme.
Moins 1,1%
Bon, on va sans doute nous reprocher d'être porteur de mauvaises nouvelles, et nous en sommes désolés en cette veille de "grandes vacances". Mais voilà, le dernier rapport de l'INSEE sur le revenu et le patrimoine des ménages en France indique un revenu en baisse de 1,1% pour les revenus médians et de 10% pour les ménages les plus modestes entre 2008 et 2013.
Lire la suite
Moins 1,1%

Pas de quoi s'en réjouir. Ce nouveau rapport, très technique, qui confirme les clivages et le malaise qui traverse cette société devrait alerter les politiques qui nous gouvernent, et nous-mêmes sur l'état de ce pays et l'état du monde. Si les inégalités se creusent entre les pays développés et les autres; si les inégalités se creusent au sein même des sociétés dites développés, pourra-t-on s'étonner encore longtemps des poussées populistes qui agitent les pays et des facilités démagogiques dont le Brexit est un véritable cas d'école.
Car dans le même temps des fortunes continuent de fructifier sur les guerres et la misère du monde ... au point de faire construire par des esclaves modernes des terrains de foot dans un désert pour une prochaine coupe du monde au Qatar. Pauvreté et mégalomanie, jusqu'où, jusqu'à quand ?
Passeports
irlandais
En Irlande, le Brexit a produit un effet inattendu: les demandes de passeports d'Irlande du sud ( indépendante et rattachée à l'Union européenne) par des Irlandais du Nord ( rattachés au Royaume-Uni et donc menacés de quitter l'Europe) ont augmenté de façon spectaculaire. "Trahi" par les Anglais, les Irlandais veulent rester dans l'Union et ce n'est pas fini ...
Lire la suite
Passeports
irlandais

Les Irlandais du Nord ont voté à 56% pour rester dans l'union européenne. Pour eux le Brexit voulu par les Anglais et les Gallois est une sorte de "trahison". Cette situation peut déstabiliser les deux Irlandes en créant une nouvelle frontière entre les deux pays. L'Irlande du sud indépendante est attachée à l'Europe, alors que va devenir l'Irlande du Nord toujours sous contrôle britannique?
La déclaration du SINN FEIN, le principal parti nationaliste d'Irlande du Nord, au lendemain du référendum est assez explicite : " Le gouvernement britannique n' a désormais plus de mandat démocratique pour représenter les habitants de l'Irlande du Nord dans les futures négociations avec l'union européenne." Autrement dit le SINN FEIN veut rester dans l'Europe. Comme d'ailleurs les Ecossais qui envisagent de relancer un référendum pour obtenir leur indépendance vis à vis du Royaume-Uni et demander leur adhésion " directe" à l'union européenne.
Bref les conséquences du Brexit, vu, selon les opinions de manières positives ou négatives, n'ont pas fini de nous étonner. Une certitude en tout cas: l'histoire n'est pas finie et les vieux royaumes peuvent vaciller, même après des siècles d'existence lorsque des politiques jouent aux apprentis sorcier avec la démocratie et le suffrage universel. Cameron restera un cas d'école dans l'histoire politique de la Grande Bretagne et de l'Europe. L'Europe, qu'il a tant dénigré tout en voulant y rester, l'a politiquement tué.
Messages d'internautes
D.D
le 5 novembre 2010
Se réchauffer en réchauffant Césaire, c'est bien, mais après, à présent, demain. Perspektives est un joli titre qui place la barre très haut. Bonne chance à votre blog en tout cas
DD
honorat
le 21 septembre 2010
Je trouve bienvenue votre initiative.
Les articles sont très intéressants, très enrichissants.
Merci de votre engagement.
ticam971
le 20 septembre
Juste pour vous faire remarquer une coquille dans votre article sur la célébration du cinquantenaire des indépendances africaines.
Sinon, votre site est stimulant et très intéressant. Merci et bonne continuation
Pointois
1er juillet 2010
J'ai su que des Haïtiens avaient manifesté par votre site, merci pour l'info, je ne sais pas si cela changera grand chose. C'est le combat de la ,fourmis contre l'éléphant.
Ary
le 8 mai 2010

Je viens juste de faire connaissance avec cette revue. Woulo. Excellente initiative.
Alors....à bientôt.
A.
 
Une caractéristique de La Guadeloupe qui ne figure pas sur les guides touristiques est le grand nombre d'épaves de voitures disséminées dans la nature et dans les jardins. On les garde pour les pièces détachées ou parce qu'elles tombent en panne et qu'il est trop coûteux de les réparer ou de les transporter. Au fil du temps la végétation tropicale prend le dessus, elle noie sous ses feuilles et ses branches les carcasses métalliques et leur donne, parfois, une certaine poèsie. Comme ce vieux camion Berliet orange qui roula jadis, neuf et puissant, enfoui désormais sous une masse verte quelque part en Grande Terre. La marque a disparu et le camion ne roulera plus. Mais ces carcasses ne sont pas toujours poétiques. Elles enlaidissent le paysage et sont des nids de reproduction pour les moustiques. En ces temps de dengue et de sensibilisation à la protection de l'environnement, plusieurs communes de la Guadeloupe se sont attaquées au problème. Le ramassage a commencé, mais il faudra du temps et de la force pour faire disparaître toutes ces carcasses rouillées. Le vieux Berliet qui fut d'une belle couleur orange, pése encore ses quelques tonnes et ne s'enlèvera pas comme ça. ( photos Karole G.J et D.L)
Voir suite diaporama / Retour Perspektives

Le Festival de Gwoka 2010 s'est terminé à Sainte-Anne le 14 juillet par un concert sur la plage de Galba et une journée consacrée au patrimoine immatériel de la Guadeloupe. En l'occurence les chants de travail. Hommage donc dans les Grands Fonds de Sainte-Anne, aux chants des laboureurs de Marie-Galante, les chanchari; puis à ceux qui accompagnaient jadis la préparation de la farine de manioc et ceux qui soutenaient dans leurs efforts les scieurs de bois. La journée était organisée par le centre Repriz qui oeuvre pour la collecte et la conservation du patrimoine culturel de la Guadeloupe. ( photos T.L)
Voir suite diaporama / Retour Perspektives

" Oh moi, ma chère, vous savez je ne vais plus à  Pointe-à-Pitre, trop de bruit, trop de circulation, trop d'insécurité ..." Trop de pauvreté peut-être. Pointe-à-Pitre au fond est la seule vraie ville de la Guadeloupe avec les qualités et les défauts d'une ville. A Perspektives, nous aimons cette ville bruyante et populaire et nous l'aimons particulièrement le samedi matin lorsque se mélangent dans la zone piétonne les joueurs de Ka, les croisiéristes descendus du bateau, les marchands de snowball, les badauds, les jeunes femmes qui font leurs courses avant d'aller acheter un sandwich chez René ... Cette Guadeloupe bruyante et vivante qui doit être préservée. Regardez quelques images de cette cité, prises un samedi, coeur de Guadeloupe. (Photos T.L)
Voir suite diaporama / Retour Perspektives

Des quais, des cargos, des grues, des départs et des arrivées, des hommes au travail, la mer et la ville qui se côtoient cette présence maritime est partout. La trouver réclame un peu de curiosité: à Gosier, Saint-François, Saint-Anne répondent la darse de Pointe-à-pitre, les grues de Jarry, Bergevin, Lauricisque. (Photos T.L)
Voir suite diaporama / Retour Perspektives

Voici quelques images du lycée du Nord-Grande-Terre qui a ouvert à la rentrée dernière. Un lycée guadeloupéen dans la démarche. Réflexion sur le site, sur l'histoire, intégration à la mémoire des lieux, ces bâtiments ne sont pas nés du hasard. Un lourd travail en amont a conduit à ce résultat. Un vrai projet guadeloupéen en quelque sorte qui s'appuie sur la démarche haute qualité environnementale. ( photos T.L et cabinet Berthelot Mocka-Celestine)
Voir suite diaporama / Retour Perspektives

Marcel Lollia, dit Vélo est un personnage incontournable de la Guadeloupe. De son vivant, il n'en n'aurait pas demandé autant, mais c'est ainsi. L'héritage de Vélo et de quelques autres joueurs de ka est inscrit dans la mémoire collective guadeloupéenne. Le 5 juin est le jour anniversaire de sa mort, Akiyo dans la zone piétonne de Pointe-à-Pitre a célébré cette date. Une plaque de rue au nom de Vélo a été symboliquement dévoilée. Elle fait face à une autre plaque au nom de Saint-John-Perse. Le symbole est fort, deux Pointois issus d'univers si différents et appartenant chacun à la mémoire de la ville. Nous avons tenté d'évoquer ce double héritage en apparence paradoxal dans Perspektives, à travers un texte que vous pouvez lire sur le site. Le 5 juin dernier, sans nul doute,le maître de la rue était Vélo. Quelques images. (Photos T.L)
Voir suite diaporama / Retour Perspektives
Partenaire
Koudzye Gwadloup
Aventure interculturelle
Des comédiens Guadeloupéens et Cubains ont animé durant quatre semaines des ateliers-théàtre à Port-Louis au Nord de la Grande Terre en Guadeloupe

Jardins d'épaves
La Guadeloupe se caractérise par le grand nombre d'épaves de voitures ....

Travail et chants de travail
Le Festival de Gwoka 2010 s'est terminé à Sainte-Anne le 14 juillet par un concert sur la plage de Galba ....

Vélo memory
Le 5 juin dernier, sans nul doute,le maître de la rue était Vélo. Quelques images. (Photos T.L)

Un lycée guadeloupéen
au pays de la canne
Voici quelques images du lycée du Nord-Grande-Terre qui a ouvert à la rentrée dernière. Un lycée guadeloupéen dans la démarche. Réflexion sur le site, sur l'histoire, intégration à la mémoire des lieux, ces bâtiments ne sont pas nés du hasard. Un lourd travail en amont a conduit à ce résultat. Un vrai projet guadeloupéen en quelque sorte qui s'appuie sur la démarche haute qualité environnementale. ( photos T.L et cabinet Berthelot Mocka-Celestine)

Quais caraïbes
Pas de sable, pas de cocotier, pas de belles filles, d'hôtels 4 étoiles, ni de ti punch, la mer en Guadeloupe et partout dans la Caraïbe n'est pas qu'images de cartes postales, décors, loisir, plaisir.

Un samedi matin
à  Pointe à  Pitre
Pointe-à-Pitre mérite mieux que la réputation que lui attribuent certains guides pour touristes ou même les propos de Guadeloupéens résidents : ...Voir la suite.....
Poésie
Making history
now tell me something
mister governement
tell me something

là, dis moi un peu
mister governement
dis moi un peu

combien de temps réellement tu penses
nous écraser encore sous ta panse
quand le vérité
sera révélée
sur tes vols tes manigances
et comment tu passes tes contrats mafieux
tes contrats mafieux,
dis un peu

Linton Kwesi Johnson
Imaginaire
La réalité et l'imaginaire s'opposent non pas comme l'être et le néant, mais comme l'être et le devenir

René Menil
La mer est l'Histoire
Où sont vos monuments, vos batailles, vos martyrs ?
Où est votre mémoire tribale ?
Messieurs, dans ce gris coffre-fort. La mer, la mer les a enfermés; Le mer est l'Histoire.
(...)
mettez des lunettes de plongées, je vous guiderai moi-même
Là, tout est subtil et sous-marin
à travers des colonnades de corails
passé les fenêtres gothiques des gorgones
jusqu'au lieu où le rugueux mérou, à l'oeil d'onyx,
cille, alourdi par ses joyaux ainsi qu'une reine chauve;
ces grottes nervurées tapissées de bernacles
piquetées comme la pierre
sont nos cathédrales,
et la fournaise avant les ouragans: Gomorrhe. Os broyés par les moulins à vent
en engrais et farine de maïs
et ce furent les Lamentations
seulement les Lamentations,
ce n'était pas l'Histoire.

Derek Walcott
Lu ailleurs sur le Web
1 / 27
Caraïbe
Petite-Terre : une île " au paradis" entre
espace naturel et pression touristique
par Sylvaine Herold
le 26 août 2016
Petite-Terre est un archipel inhabité des Petites Antilles situé entre la Pointe des Châteaux en Guadeloupe et l'île de la Désirade. Espace fragile et protégé culminant à 35 mètres d'altitude, il est convoité par les opérateurs du tourisme qui en font une destination très prisée. Concilier protection du site et développement touristique est un exercice difficile.
La suite
Idées
Dans un monde cruel, le message apaisé
de José Navas, danseur canadien
d'origine vénézuélienne
par Pierre Scordia, professeur à l'University College London (1)
le 16 août 2016
José Navas, danseur d'origine venézuélienne vivant à Montréal nous invite à pratiquer un optimisme modéré: "La paix existe, dit-il, c'est une chose qui va et vient ... " Il faut être vigilant pour la préserver au moins dans nos vies personnelles. Message positif en ce mois d'août 2016 alors que des menaces diverses pèsent sur le monde : conflits, crise économique, crise climatique, terrorisme et risques de retour aux pires des replis identitaires. Cet article est paru sur le site form-idea.com que nous remercions.
La suite
Idées
En 1957, Mendès-France doutait déjà d'une Europe
fondée sur un "absolu économique"
par Didier Levreau
le 1er août 2016
Le discours prononcé en janvier 1957 par Pierre Mendès-France à l'Assemblée nationale est d'une surprenante actualité. L'Assemblée devait voter la poursuite des négociations sur le traité de Rome. Mendes, député radical, a voté contre (1) craignant qu'au nom de l'économie ce grand marché exerce une puissance politique. Mendès avait prévu ce que d'autres n'ont fait qu'accompagner et qu'au XXIem siècle - temps des " déceptions terribles"- il faudrait corriger. La suite
Idées
Du Brexit au Brexodus, la démocratie piégée
ou les réflexions d'un Français à Londres
par Pierre Scordia
le 20 juillet 2016
La démocratie - le pire des systèmes politiques à l'exclusion de tous ceux déjà essayés dans le passé (1) - n'a jamais autant été discutée. Le référendum britannique restera un cas d'école dans l'histoire politique de l'Europe et au final - une fois l'émotion des uns et la colère des autres dissipées - pourra permettre au projet européen de franchir une étape. C'est ce que nous dit Pierre Scordia, un français à Londres.
La suite
Débats
Géothermie Bouillante a été vendu
au déni de toute " démocratie participative"
Un texte du collectif contre la vente de la centrale géothermique de Bouillante en Guadeloupe
le 9 juillet 2016
Les renoncements des politiques finissent par se payer et souvent, malheureusement, dans la douleur. N'est ce pas Ségoléne Royale qui prônait il n'y a pas si longtemps la " démocratie participative". Au pouvoir, elle agit sans considération pour les guadeloupéens en vendant un bien public économiquement stratégique sans consultation ni des élus, ni de la population. Pour quelle raison ? Nous publions un texte du collectif qui s'est opposé à cette vente. On peut ne pas être d'accord avec la position défendue, mais on ne peut nier que quelques unes de questions posées dans ce texte sont pertinentes. La vente de la centrale semble bouclée dans un incroyable silence des politiques, mais ce déni de démocratie risque de laisser des traces.
La suite
Débats
Qu'est-ce que la politique en Guadeloupe ?
Harry Durimel, un révélateur inattendu
par Jacky Dahomay
le 1er juillet 2016
La vente de la centrale géothermique de Bouillante à une entreprise américaine, à travers les débats et les silences qu'elle suscite est revélatrice d'une certaine manière de faire de la politique en Guadeloupe et de la faiblesse du débat public sur les grands sujets. Harry Durimel engagé dans Caraïbe écologie s'est déclaré favorable à cette vente. D'accord ou pas avec lui, il a le mérite de s'exprimer. Jacky Dahomay membre du collectif qui s'oppose à la vente, voit dans ses propos une relation confuse à l'Etat, révélatrice de la relation aux pouvoirs dans ce " département français des Amériques".
La suite
Idées
Débat sur la géothermie en Guadeloupe
l'option collective contre l'option néolibérale
par la rédaction de Perspektives ( propositions du collectif et extrait d'un article de Harry Durimel)
le 27 juin 2016
Est-ce une utopie de ne pas se soumettre au dogme néolibéral ainsi que le font fait tant de politiques ? Le débat sur la centrale de Bouillante en Guadeloupe ramène à cette opposition. Nous mettons en ligne deux textes: l'un du collectif pour la sauvegarde de la géothermie guadeloupéenne, l'autre extrait d'un article de Harry Durimel ( Les Verts) qui explique pourquoi - selon lui - vendre à une multinationale la géothermie guadeloupéenne n'est pas une "mauvaise idée".
La suite
Débats
L'Utopie réaliste d'une géothermie guadeloupéenne
est-elle impossible ?
par Théo Lacase
le 18 juin 2016
Dans une étrange indifférence, mise à part la mobilisation d'un groupe de guadeloupéens conscients de l'enjeu, le processus de vente de la centrale géothermique de Bouillante avance à petits pas. L'enjeu est la possibilité d'une autonomie énergétique, au moins partielle, de la Guadeloupe. Si cette autonomie est impossible, est-ce que toute idée d'autonomie, sous quelque forme que ce soit, ne le serait pas ?
La suite
Arts et culture
François Piquet: possibles ...
ou impossibles Réparations
par Scarlett Jésus
le 20 mai 2015
En 2015, François Piquet, plasticien installé en Guadeloupe a répondu à un appel à projet du musée Schoelcher pour l'opération " Carte blanche" attribuée depuis quatre ans à un artiste dont l'oeuvre est en relation avec l'action du musée. Le projet "Réparations" a été retenu. Piquet a travaillé durant plusieurs mois et son travail a été présenté au public. "Réparations", celles de l'esclavage, sujet sensible sur cette terre guadeloupéenne marquée par les stigmates de la société esclavagiste puis coloniale.

La suite
Débat
La révolution des énergies renouvelables
est-elle possible en Guadeloupe ?
par Claude Edmond, président de l'institut Rémy Nainsouta
9 mai 2016
"Qu'importe que le chat soit noir ou gris pourvu qu'il attrape des souris "
Ding Xiao Ping

La transition énergétique avec le "numérique" portent la troisième révolution industrielle après celle, dans le passé, du charbon et de l'électricité. Sur un petit territoire comme la Guadeloupe, si dépendant en matière énergétique, cette transition peut s'avérer être une incroyable opportunité. Les atouts existent, les handicaps aussi. Claude Edmond pose la problématique.

La suite
1 / 27