Des femmes de Guadeloupe et Martinique interpellent les élus sur la déshérence et la paupérisation de leurs pays.

La Guadeloupe et la Martinique sont deux territoires fragiles et beaux, inscrits dans  » la globalité du monde ». Ces îles et archipels de la Caraïbe ont une culture et un art de vivre mis à mal depuis plusieurs décennies par un modèle économique et social qui ne favorise pas et nuit à leur développement et à leur créativité. La politique du container, des transferts sociaux et l’extension sans fin de zones commerciales qui grignottent les terres agricoles sont en train de  » découdre » ces territoires.
Ces dernières années la pandémie, les difficultés économiques, sociales, politiques à l’échelle mondiale ont encore aggravé la situation. Sur le plan social mais aussi sur la cohérence des réponses à apporter.
Les Guadeloupéens et les Martiniquais n’ont pas confiance en leurs élus et ne croient pas en la démocratie. Participation très faible aux élections et pour ceux qui votent, votes de rejet plutôt que d’adhésion. Comment expliquer sinon qu’au premier tour des dernières législatives le RN, parti d’extrême droite au discours aisément raciste, arrive en tête en Guadeloupe. Il fut un temps où ses représentants ne pouvaient pas poser un pied sur le sol guadeloupéen, aujourd’hui ils ont pignon sur rue et envoient une élue guadeloupéenne au parlement européen. Que s’est-il passé ?
Le tableau est sombre et l’avenir peut sembler flou. Dans ce contexte des éco-féministes de Guadeloupe et Martinique ont publié un Manifeste à destination des élus :  » Nous sommes celles qui disent non à l’ombre » ont-elles écrit.
Un message d’espoir dans ce theâtre d’ombres
à lire ci-dessous.
D.L

Auteur/autrice : perspektives

Didier Levreau, créateur en 2010 du site Perspektives, 10 ans d'existence à ce jour

Une réflexion sur « Des femmes de Guadeloupe et Martinique interpellent les élus sur la déshérence et la paupérisation de leurs pays. »

  1.  » L’ancien monde a disparu, le nouveau monde n’est pas encore là, dans ce clair-obscur peuvent naître des monstres .. » Cette phrase de Gramsci, homme politique italien du siècle dernier fait écho à ce que nous vivons actuellement, en Guadeloupe et ailleurs … Les monstres sont là, comment s’en protéger ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *