Mawonaj 2014 : surprendre transgresser et détourner

Mawonaj est une association à  la « lisière des circuits académiques » qui projette d’organiser au mois de mai 2014 en Guadeloupe une exposition d’arts plastiques conçue comme une aventure esthétique et libératrice. Ce sera à  Grande Savane, sur la commune de Petit-Bourg.

 Ce ne sera pas la première édition de Mawonaj, deux ont précédé, en 2007 et 2012.

 » Après quelques années de marronnage forcé,  » Mawonaj » revient en lisière des circuits académiques. Toujours avec la même force de nous dire autrement, de nous voir autrement, de nous penser nous-mêmes … Marronner dans la construction d’une appropriation large et populaire, loin des discours faciles et convenus de l’entre-soi ». écrivait en 2012, Jorge Rovelas, qui est, depuis son atelier de design à  Grande Savane, à  l’origine du projet.

La démarche est ambitieuse, elle s’impose un niveau d’exigence, des critères de qualité et d’organisation, tout en se fixant comme objectif de démystifier l’art. Pas facile. Vouloir sortir l’art et les artistes des circuits institutionnels, de cet  » entre-soi » si prévisible, n’est pas neuf ; pas plus que ce désir d’aller à  la rencontre de cet « autre public » qui ne fréquente ni les musées, ni les galeries, ni les ateliers d’artistes. Pas nouvelle, la démarche en n’est pas moins indispensable à  la marge de l’institution, des codes établis et des discours convenus. L’art comme la guerre, est une affaire trop sérieuse pour la laisser entre les mains de quelques spécialistes.

Pour son édition 2014, Mawonaj a produit un texte, qui résume l’esprit du projet. Il contient des mots et des idées issus d’une réflexion collective, mis en forme, retissé pour en faire une toile cohérente.

Voici ce texte qui exprime un désir de résistance esthétique et artistique au prêt-à -penser et à  la consommation forcée.

Lespwi mawonaj ka woulé

Le XXIem siècle normalisateur tend à  imposer la même esthétique, les mêmes modèles du bon et du mauvais go ût à  l’ensemble de la planète, imposer ce qu’il faut boire, manger, comment nous habiller, dans quelle voiture rouler, ce qu’il faut aimer, quel dieu il faut prier … Ce qui nous lie ici, est un esprit de résistance au prêt-à -penser, au prêt-à -vivre, à  la consommation forcée.

Comment faire ? Mawonaj !

Toute proportion gardée, n’est ce pas ce qu’a pu ressentir, à  une autre époque, l’esclave dans la plantation, soumis à  une vie, un travail, des ordres, une violence subits; n’est ce pas ce qui l’a poussé à  partir en mawonaj, s’échapper, pour tracer son propre chemin. N’est ce pas ce qui a poussé quelques uns à  le suivre, d’autres à  se préparer à  le faire ou à  en rêver ?

Le mawonaj que nous proposons n’est pas nostalgique du passé, il se souvient seulement. Quel mawonaj en 2013 ?

Le mawonaj, l’esprit de résistance que nous tentons de susciter est vieux comme le monde, jeune comme chaque nouveau cycle de la vie. Il est respectueux et solidaire. Il s’adresse au plus grand nombre tout en étant exigeant, il ne cède pas à  la facilité. Il transgresse les règles académiques, libère la création dans un élan d’énergie revitalisante et puise dans une infinie capacité d’adaptation .

Le mawonaj que nous proposons n’est pas replié sur lui-même, solitaire dans ses bois, il est fait pour éveiller les énergies et les consciences, surprendre, parler de l’homme dans son environnement, de la terre, des identités partagées.

Le mawonaj que nous proposons n’est pas désincarné, il s’appuie sur des techniques particulières, il habite des lieux, valorise des lieux, leur donne ou leur redonne vie, il construit, reconstruit porté par les courants qu’il a crée.

Le beau, qui reste à  définir, la préservation des grands équilibres de la vie sont les objectifs qu’il se fixe tout comme l’est sa résistance aux grands déséquilibres.

Le mawonaj est l’esprit de vie et de survie quand les courants dominants mènent au néant et à  l’absurde. Quel autre choix que ce chemin chyen ?

Aux mots mawonaj, il reste à  donner vie.

Le mawonaj n’est pas théorique : il se nourrit de rencontres, de corps, de matières, de volumes, d’inventivité, de formes et de partage.

Que le Mawonaj Recommence !

– MAWONAJ 2014 se déroulera du 9 au 11 mai 2014 à  Grande Savane ( Petit-Bourg) Des artistes présenteront leur travail dans l’esprit mawonaj, ce sera un espace d’exposition mais aussi un espace vivant de déambulation dans lequel chacun pourra circuler  » comme une liane dans la mangrove ».

– MAWONAJ 2013. L’association propose jusqu’à  la fin du mois d’ao ût 2013 des stages de formation/découverte à  la création de bijoux, animés par Jorge Rovelas, bijoutier designer.

– POUR ENTRER EN CONTACT avec l’association MAWONAJ, obtenir des informations complémentaires, participer au projet,

email : MAWONAJ@ORANGE.FR

ou bien 0690 49 06 47 – 0690 54 30 31

Auteur : perspektives

Didier Levreau, créateur en 2010 du site Perspektives, 10 ans d'existence à ce jour