LE TRIOMPHE DE LE PEN EN GUADELOUPE, COMME UN ELEPHANT DANS LA PIECE

Krik ! Si dans l’Hexagone, le centriste Emmanuel Macron a été reconduit à la tête de l’Etat grâce au barrage républicain Anti Le Pen ; en Guadeloupe antivax, 70% des votants ont plébiscité l’extrême droite à l’élection présidentielle d’avril 2022. Ceci après avoir cru en Mélenchon, le Père-Noël d’extrême gauche, au 1er tour.
A la télé, au soir des résultats, un représentant du FN-mofwazé-en-RN clouait ainsi le bec à son adversaire : « Ah, ça suffit ! Notre mouvement n’est pas raciste, la preuve : l’outremer a massivement voté pour nous ! ». CQFD. La veille, dans un bureau de Guadeloupe, un citoyen claironnait fièrement « An kay voté pou madanm an-mwen ! » (Je vais voter pour ma femme !) Sa joie militante et sexuée ne causa ni surprise, ni dédain. On sourit et on vaqua à l’isoloir derrière lequel tout est noir. Jadis, au journal de 20 heures, l’œil moite et sucré, Lucette Michaux-Chevry murmurait langoureuse à un Chirac rougissant : « Jacques, tu es mon doudou en politique ! » Ça n’a gêné personne. Alors pourquoi un guadeloupéen bon teint tairait-il sa flamme pour la Marine nationale ? Pressentait-il déjà un scrutin historique ?
Car aux yeux de l’Histoire, nous qui, depuis l’abolition de 1848, dénonçons, traquons sans répit le racisme des blancs, nous qui ne parlons que d’esclavage, de colonisation, de mépris de nos spécificités, de refus d’assimilation, de notre fière négritude… Nous avons choisi (pas tous mais majoritairement) la figure de proue du Rassemblement National (parti de l’identité franque aux racines gallo-romaines) qui souhaite assumer fièrement ses origines, sa culture, son héritage historique dans tous ses compartiments… y compris ceux qui nous font mal.
Quand Macron condamne la colonisation comme crime contre l’Humanité, c’est la fureur à l’extrême droite : Pas de repentance chez Marine !

Yékrik ! Passons vitement-pressé sur l’épisode des nationalistes d’ici qui ont harcelé la nationaliste de là-bas en campagne chez nous. Elle peut les remercier pour la rigolade et l’image de biche traquée qu’elle était venue chercher. Echec sur toute la ligne pour ces activistes, fermez le ban ! Marine Le Pen présentait l’élection comme un référendum. Je n’ai pas voté pour elle (je suis du siècle dernier : génération « touche pas à mon pote » et toutes ces vieilleries) mais, contrairement à Raphaël Confiant, qui pète une caye en Martinique (boug-la kôlè ! yo voté Le Pen à 60%), je veux concevoir qu’une majorité de descendants d’africains déportés aient plébiscité une extrême droite fière de ses origines et de son passé. Les gens sont libres. La démocratie fonctionne.

Il fut un temps où la Demoiselle et le Damoiseau suscitaient colère et excuses

Ce qui m’étonne c’est l’accélération fulgurante du RN aux Antilles. Un mur psychologique est désormais tombé. Est-ce que la cour dort ? Zot ka sonjé l’affaire Damoiseau, hon ? En mars 2013, Hervé Damoiseau, patron des rhums du même nom, fit scandale en posant en photo avec Marine Le Pen au Salon de l’Agriculture à Paris. Mi bab ! Le pauvre avait dû nous demander pardon à genoux sur Facebook ! Déjà qu’il avait affirmé suite à LKP[1]2009 :« Et puisqu’on se plaint autant de la Guadeloupe et de son système, eh ben, les Guadeloupéens sont en grande partie Sénégalais, qu’est-ce qui leur empêche d’aller visiter le Sénégal, pour voir si on est mieux en Sénégal qu’en France puisque le pouvoir colonialiste est si désagréable que ça ! » Punaise, on dirait du Le Pen ! (enfin le père de la fille hein, pas la fille de son père !). Hé ben, maintenant que la Guadeloupe a élu la damoiselle, on réalise que le Damoiseau avait neuf ans d’avance sur nous ! Et dire que nous avons failli le crucifier pour lepénisme supposé ! A pa jé ! « Ah-non-mais-oui-mais-oui-mais-non ! » s’offusquera tel ou tel commentateur de la vie publique Gwada : « Il ne s’agit que d’un vote contestataire contre la politique de Macron ! Il a refusé de reconnaitre la dangerosité du chloredécone, nous a imposé confinement, masque et vaccin ! il ne répare pas l’eau ! Pire : le salopard a carrément menacé de nous accorder l’autonomie qu’élus et élites réclament depuis nanni-nannan ! Ne parlons même pas des radars de Gustin ! Si, face au sortant, il y avait eu une bourrique en pyjama, un pédophile sanguinaire, Donald Duck ou les 4 cavaliers de l’Apocalypse, le peuple aurait voté pour eux puisque le but était de gifler Macron ! Pa plis ki sa ! »

Mmouais… Bon… J’entends tout de même beaucoup de nos concitoyens (que je ne blâme pas : yo gran, yo majè, yo vaksiné !) regretter que les français de l’Hexagone n’aient pas voté Le Pen. Je crois que les gens savent ce qu’ils font et que leur enlever leur libre arbitre et leur intelligence n’est bon pour personne. Les électeurs (et aussi les 52,82% d’abstentionnistes qui sentaient monter un vote ouvertement pro Le Pen) ont choisi en conscience.
D’ailleurs, le FN mué RN ne cesse de progresser chez nous depuis 25 ans. Donc bien avant Macron et le covid.

L’ELEPHANT DANS LA PIECE …
Mistikrik ! Bien emmerdés par la portée historique du tsunami d’extrême droite assimilationniste en terre africaine insurgée des Antilles, d’autres analystes attribuent cette poussée à « un changement sociologique » (comprendre : il y a de plus en plus de métropolitains en Guadeloupe donc le vote RN augmente en proportion). Blag a mas ! Un paquet de gens l’affirment « On a tout essayé alors donnons sa chance à la dame ! Et puis il faut changer ! Ne pas toujours élire les mêmes qui sirotent et couchent entre eux ! »
. Non, ce sont bien des noirs natifs-natal qui ont choisi. D’ailleurs, hormis quelques gros chefs d’entreprise, les métros ici sont majoritairement écolos et d’extrême gauche. Sans parler de ceux qui ont des enfants métis. Alors pourquoi Le Pen, tonnerre ? Pouki ???
Bon, je lâche la bombe : OK, la Guadeloupe a voté pour se venger de Macron et de la classe politique locale qui ne résout pas nos problèmes basiques et quotidiens. OK, les petites gens, les maléré se sentent abandonnés par la gauche (tout comme dans l’Hexagone). Mais, soyons honnêtes : au minimum la moitié desdits votants adhère aux thèses du RN sur l’immigration clandestine en Guadeloupe, Martinique et Guyane. A tort ou à raison, les gens craignent d’être grand-remplacés (« génocide-par-substitutionnés » aurait dit feu Camille Darsières). Donc culturellement et économiquement menacés par les ressortissants caribéens venus trouver une vie meilleure.

Krik ! Voilà, je l’ai dit ! Vous sentez comme ça va mieux quand on accepte de voir l’éléphant dans la pièce ? Nul ne peut m’accuser d’être moun a Ibo Simon, anti haïtien ou anti caribéen. Je suis aux antipodes de cela, mais force m’est d’admettre qu’un nombre croissant de mes compatriotes le vivent et le ressentent ainsi. Et si ce ressentiment perdure, il se pourrait que nous vivions bien pire qu’un raz-de marée Lepéniste. Jusqu’ici, aucun leader d’envergure n’a enfourché ce cheval terrible mais… Panga !
Comment se quitter sans penser à une guadeloupéenne, agricultrice issue du peuple, ex-passionaria du RN local, séduite par Zemmour parce que Le Pen était trop soft ? Rappelons-nous : la députée Maxette Pirbakas-Grisoni fut lynchée (symboliquement) pour avoir voté avec le groupe RN contre une résolution (symbolique) reconnaissant l’esclavage comme crime contre l’Humanité. C’était au Parlement Européen le 19 juin 2020… soit moins de deux ans avant que nous ne votions à pieds joints pour… le Rassemblement National ! Yééééééééééééééé mistikriiiiiiiiiiik !

Une réflexion sur « LE TRIOMPHE DE LE PEN EN GUADELOUPE, COMME UN ELEPHANT DANS LA PIECE »

  1. Assez d’accord, il faut assumer ce vote, l’électorat en Guadeloupe a ses zones d’ombre comme dans l’hexagone, qui pourtant n’a pas donné une majorité à Le Pen. J’ai moi aussi entendu ici des choses incroyables sur les Haïtiens. Alors ces fameux Yo, seraient-ils moins racistes que nous ou plus tolérants, plus lucides en tout cas. Ce n’est parce qu’un électeur est noir, Afro-Antillais qu’il a plus de qualité ou de bon sens qu’un électeur blanc  » européen de souche ». Voilà peut-être une leçon à retenir : entre  » Nou » et  » Yo » pas tant de différences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *