Médecins cubains : humanisme et solidarité sans la « pleine dignité »

L’arrivée de médecins cubains dans différents pays à l’occasion de crises sanitaires – actuellement en Italie, en Andorre, au Qatar, dans les îles de la Caraïbe etc – doit-elle être perçue comme de la pure générosité de l’Etat cubain ou bien est-ce plus compliqué ? Nous publions un article paru en espagnol au début du mois d’avril dans « Diaro de Cuba » (1) puis publié, traduit en français sur le site Polemica cubana.
Quand d’autres pays sur la planète s’enrichissent en vendant des armes ou des mines anti personnelles – les USA et la Russie largement en tête suivis de la Chine, de l’Allemagne, de la France et du Royaume-uni – Cuba loue les services de ses professionnels de santé. Ses services, chaque année rapportent plus à Cuba que le tourisme -aux alentours de 8 milliards de dollars. Gagner de l’argent en soignant plutôt qu’en bombardant, il n’y a rien à redire, sauf que le statut des médecins à Cuba laisse peu de place à liberté de choix. Cette  » armée de médecins » contribue à donner une bonne image de la grande île et de son régime et à faire entrer des devises, le tout en soumettant l’individu à la volonté de l’Etat. Cela pourrait-il être autrement ? Sans doute en changeant de méthode.
D.L
Lire ci-dessous l’article de Dimas Castellanos traduit de l’espagnol en français.

Les médecins à Cuba manquent d’une condition de base pour faire vivre pleinement l’humanisme et la solidarité, cette condition est inhérente à la personne humaine.
Au milieu du grondement du coronavirus, les médias officiels cubains ont recommencé à envoyer des missions dans d’autres pays pour souligner l’humanisme et la solidarité des médecins cubains. La campagne a relancé, à l’intérieur et à l’extérieur de Cuba, le débat qui a eu lieu en 2018, lorsque le gouvernement cubain a retiré les 8 332 médecins qu’il avait affecté au programme « Plus de médecins » au Brésil.
Le débat sur une question aussi sensible oblige à placer, en premier lieu, la personne humaine comme une fin en soi et non comme un moyen d’atteindre d’autres fins. Cette approche révèle deux réalités différentes :
D’une part, trois grandes vérités : Le système de santé cubain forme chaque année un nombre de médecins supérieur à celui de la plupart des pays, ce qui est admirable en raison de l’importance de cette spécialité pour le bien-être social. Des dizaines de milliers de médecins cubains, séparés de leurs proches, se sont volontairement rendus dans les coins les plus reculés de la planète au risque de leur vie. La valeur de ce comportement est, sans aucun doute, applaudie par les gens à l’intérieur et à l’extérieur de Cuba ; cela en dit long sur nos médecins et explique l’image positive qu’ils projettent dans le monde.
D’autre part : contrairement aux médecins d’autres pays, les Cubains ne partent en mission que lorsqu’ils sont sélectionnés, engagés et envoyés par un organisme d’État du gouvernement cubain ; c’est-à-dire qu’ils ne décident pas eux-mêmes quand, où et dans quelles conditions partir. Leurs salaires sont perçus par l’État qui les loue, qui s’approprie environ les trois quarts de l’argent gagné. Les médecins cubains ne peuvent pas non plus – à de rares exceptions près – voyager avec leur famille, au détriment de séparations prolongées de leur domicile. Ceux qui, pour quelque raison que ce soit, décident de quitter les missions sont classés comme déserteurs et se voient interdire de retourner dans leur pays pendant huit ans ; en d’autres termes, ils font partie d’une armée.

Des médecins à la disposition de l’Etat cubain
La question que tout observateur, ignorant la nature du modèle politico-économique cubain, peut se poser est la suivante : pourquoi, s’il n’est pas forcé d’y aller, accepte-t-il de se soumettre à ces conditions, au lieu de refuser ? La réponse est élémentaire. Ils marchent “volontairement”, mais cette “volonté” cache une réalité : les salaires qu’ils perçoivent à Cuba, bien que parmi les plus élevés du pays, sont insuffisants.
Les aspirations à acheter ou à construire leur propre maison, à acquérir un moyen de transport ou à acheter des appareils électroménagers, sont impossibles pour ces médecins en raison de l’écart entre leur salaire et les prix. Ils n’ont pas de véritables syndicats ou d’autres associations indépendantes de l’État pour défendre leurs intérêts. En outre, le refus, même s’il est volontaire, a des conséquences. Le système de santé cubain est entièrement géré par l’État, et tout refus pourrait entraîner de graves difficultés.
Ce manque d’autonomie du médecin cubain permet à l’État d’afficher devant le monde une grande capacité de réponse immédiate à des phénomènes tels que les épidémies et les catastrophes naturelles.
Ces raisons, entre autres, expliquent pourquoi, même s’ils ne reçoivent qu’un quart de ce qui est payé pour eux, avec cette somme ils peuvent satisfaire des besoins et des aspirations qui seraient impossibles avec le salaire qu’ils reçoivent à Cuba.
C’est-à-dire qu’en plus des raisons de solidarité, il y en a d’autres qui ne se manifestent pas aussi clairement ; mais qui se dissipent lorsqu’une partie de ces mêmes médecins abandonnent les missions, prêts à payer un prix élevé : être qualifiés de déserteurs et ne pas pouvoir retourner dans leur pays d’origine où se trouvent leurs enfants, parents, épouses, maris ou simples amis, pendant une période pouvant aller jusqu’à huit ans. Un exemple massif s’est produit lorsque le gouvernement cubain a décidé de retirer les médecins qu’il avait au Brésil et qu’environ un quart d’entre eux ont décidé de ne pas revenir.
À ce stade, nous sommes confrontés à cette réalité : il manque aux médecins cubains une condition pour symboliser de manière exemplaire l’humanisme et la solidarité : je veux parler de la dignité, qui est inhérente à la personne humaine.
En tant que concept, la dignité désigne la relation entre ce que l’on pense et ce que l’on fait, sans qu’aucune force extérieure ne puisse forcer le contraire. L’autre est l’action imposée, étrangère à la conscience de chacun, qui fait de l’être humain l’objet d’un autre, d’un groupe, d’un parti politique ou d’une idéologie.
José Martí a condensé cette thèse en une phrase magistrale : « Je veux que la première loi de notre république soit le culte des Cubains pour la pleine dignité de l’homme ». Et la Déclaration universelle des droits de l’homme l’inclut dans son premier article : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ».
Qu’est-ce qui vient en premier, l’homme ou l’idéologie ? Dans le cas de Cuba, la réponse est claire : l’idéologie, le but ultime auquel tout le reste est subordonné.

Deux dividendes à la location de médecins
L’État cubain a obtenu deux grands dividendes de la location de médecins : remplacer en partie l’inefficacité du modèle étatisé et vendre au monde l’image de médecins prêts à sauver des vies partout dans le monde.
Le retrait des médecins du Brésil et la rupture des accords avec d’autres pays tels que la Bolivie et l’Équateur, ne pourront pas être remplacés par de nouvelles expéditions massives malgré l’impact souhaité de l’envoi de médecins pour lutter contre le Covid-19.
Aujourd’hui, en raison d’un modèle économique non viable et de l’absence de volonté politique pour le changer, l’exportation de services professionnels est devenue une, sinon la principale, source de revenus pour le pays. Pour ces services – principalement médicaux – le régime cubain a reçu des milliards de dollars par an ; une activité plus lucrative que les exportations de sucre, de nickel et d’autres produits, mais non durable comme les faits l’ont montré.
Cuba peut accroître la présence de médecins à l’étranger, mais pas dans les conditions de l’esclavage moderne. Il faut donc un changement radical que tous les travailleurs de la santé et la population soutiendraient : qu’ils puissent être embauchés ou qu’on leur propose de se rendre librement dans d’autres pays et que l’État leur impose une taxe sur le salaire qu’ils reçoivent. Avec cette mesure, les médecins, les pays contractants et l’État cubain seraient gagnants. Et surtout, le divorce inacceptable entre humanisme, solidarité et dignité serait rompu.

NDLR
(1) https://diariodecuba.com

1 réflexion sur « Médecins cubains : humanisme et solidarité sans la « pleine dignité » »

  1. Votre article, comme le nom de votre site l’indique, mets en perspective … l’Etat cubain n’est pas seulement généreux, il a d’autres objectifs, on pourrait l’oublier et les médecins cubains constituent une sorte de main d’œuvre à louer.
    De ce point de vue il faut préciser alors que les états marchands d’armes que vous citez USA, pays européens, Chine etc …font aussi dans l’humanitaire, Médecins du monde, médecins sans frontière, la Croix rouge etc … il y en a des dizaines d’autres dans tous les pays occidentaux interviennent sur la planéte lors de crises, bien plus que les cubains, avec là aussi des objectifs sanitaires bien sûr mais aussi parfois des stratégies diplomatiques. Il est vrai que dans ces cas, les médecins sont tous volontaires et n’agissent pas sur ordre de l’Etat. Ils agissent dans le cadre d’ONG et en effet on ne peut pas dire exactement que l’Etat cubain est une ONG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *