Les abstentionnistes ne peuvent gagner un combat auquel ils ne participent pas !

L’abstention a été le mois dernier l’un des marqueurs des élections en France. L’abstention a été encore plus forte en Guadeloupe que dans l’hexagone : 30% de votants, 70% de pêcheurs à la ligne.
Il est vrai qu’en Guadeloupe l’abstention est un sport très cultivé.  » Pa voté » fut et reste une consigne pour un bon nombre de Guadeloupéens. Il y a des raisons à cela, l’une d’entre elle est que pendant des années, durant la période coloniale et postcoloniale, la règle du jeu a été faussée et pas mal d’élections truquées. Mais faut-il en rester là en 2017 ? «  On ne peut pas gagner une course à laquelle on ne participe pas » dit Charles Chardonnet dans le texte ci-dessous publié sur le site form-idea.com

 » En juin dernier, les élections législatives en France ont donné une avance favorable à La République En Marche (environ 32% au résultat final) mais un chiffre a plus particulièrement retenu l’attention, celui de l’abstention qui dépasse les 50% (51,29% précisément), un triste record. Plus d’un Français sur deux, inscrits sur les listes électorales, n’a pas souhaité se prononcer ! Des abstentionnistes si nombreux que des médias leur attribuent la victoire. Peut-on gagner des élections sans y avoir participé ?

Le vrai classement donne bien LREM en première place, suivent les Républicains, le Front National, les Insoumis et le Parti Socialiste. Un exemple qui peut sans doute paraître grotesque mais qui illustre bien l’idée du propos précédent est celui-ci : si on s’inscrit à une course cycliste et que l’on refuse finalement de se présenter sur la ligne de départ, il est logique qu’on ne soit pas comptabilisé dans le classement.

Penser que l’abstention est principalement due à un manque de représentativité électorale est aussi une erreur. Quand on voit le nombre conséquent de candidats au poste de députés dans chaque circonscription (14 dans la mienne par exemple), se situant de l’extrême gauche à l’extrême droite sans oublier des partis régionalistes et identitaires (résident en Bretagne, je peux témoigner de ces candidatures diverses), il y a de quoi se sentir représenté par ces aspirants.
LREM, LR, FN, FI, PS étaient tous des partis présents aux élections présidentielles, et l’abstention au premier tour n’atteignait que 22%, alors pourquoi a-t-elle ainsi augmenté de presque 30 points en un mois?

L’abstention résulte principalement de trois, voire quatre comportements politiques :
– il y a d’abord la personne qui n’éprouve pas d’avis particulier à donner sur le sujet et ne souhaite donc pas « fausser » les résultats par son absence d’intérêt.
– Il y a celle qui ne s’intéresse absolument pas aux élections car elle estime que la politique ne changera pas sa vie. Son avis ne se fait pas sur des partis, des programmes, seuls comptent ses propres intérêts.

– Il existe également un l’électorat dit « volatile », celui qui alterne entre vote et abstention. Ces individus choisissent de réagir en fonction de l’élection, donc les législatives de dimanche ont suscité beaucoup moins d’enthousiasme.
– Enfin, une quatrième attitude consiste à préférer consacrer son temps à ses loisirs, le civisme étant une valeur négligeable.

Ceci dit, la raison principale de ces abstentions a été l’incapacité du PS et des Républicains à se relever de leur défaite cuisante aux présidentielles, leurs sympathisants ayant rejoint la majorité En Marche. Les deux autres partis qui veulent incarner l’opposition (le FN et la FI) ont vu leur aura peu à peu se dissiper.
Il est probable que la bonne image nationale et internationale du nouveau président de la République, Emmanuel Macron, a incité les gens à s’abstenir, sa victoire leur semblant assurée.
Si une forte abstention est souvent utilisée pour «décrédibiliser» les résultats finaux, elle est aussi porteuse d’un message : débattre sur l’utilité du vote blanc et nul, affirmer un refus de jouer avec des dés truqués.
C’est par un manque d’intérêt et de volonté politique qu’on explique principalement ce phénomène, donc non, l’abstention ne peut pas remporter une élection, quelles que soient ses causes. « 

2 réflexions sur « Les abstentionnistes ne peuvent gagner un combat auquel ils ne participent pas ! »

  1. Ne pas participez évidemment, mais ce n’est pas seulement la faute aux abstentionnistes, c’est aussi celle des candidats et à leur niveau, à leurs propos, à leurs personnalités !
    Dans ma circonscription par exemple il m’était impossible de voter pour l’un des deux candidats restant au second tour, je ne me sentais représenté par aucun des deux, donner ma voix, donc cautionner l’une de ces deux personnes, était tout simplement impossible. Pour un  » bon » candidat, je serai allé voter. Donc le problème est aussi celui de la représentativité et de la faiblesse de propositions des partis et de leurs représentants.  » En Marche » est un énorme coup politique, c’est sûr, mais accompagner l’air du temps et la  » modernité » ne fait pas un projet de société.

  2. L’abstention en Guadeloupe, un sport local … c’est sûr et à force d’être absent et abstentionniste les Guadeloupéens se feront  » coloniser » une deuxième fois, mais pas par les mêmes méthodes. Il n’y a qu’avoir ce cinéma qui vient d »ouvrir, multiplex américano-portoricain aux Abymes, avec pop corn à gogo et programmation affligeante, tout le monde s’en réjouit, mais où va la culture caraïbe, si un jour elle a existé. Faire de nous des sous-modèles de Miami, voilà le but

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *